franche-comte.lpo.fr
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
Nous rejoindre
La LPO Franche-Comté
Animations nature
Protection des espaces
Protection des espèces
Suivis et Enquêtes
 - 
Organisation des suivis (oiseaux)
  Atlas
    - 
Breves-Atlas
    - 
Atlas des Oiseaux nicheurs
    - 
Atlas des Oiseaux hivernants
  Oiseaux
    - 
Oiseaux communs (STOC & SHOC)
    - 
Oiseaux Allochtones
    - 
Wetlands International
    - 
Hérons nicheurs
    - 
Grands cormorans hivernants
    - 
Guêpier d'Europe 2015
    - 
Rapaces nocturnes 2015-2017
    - 
Chevêche d'Athéna
    - 
Observatoire Rapaces
    - 
Baguage
    - 
Devine qui vient nicher chez moi ?
  Amphibiens et Reptiles
    - 
Connaître nos espèces
  Mammifères
    - 
Enquête Muscardin
    - 
Relations prédateurs-proies (Effraie- micrommamifères)
 - 
Comité d'Homologation Régional
 - 
Outils du naturaliste
Publications
Saisie en ligne : mode d'emploi
 - 
Code de déontologie et de conduite
 - 
Comment sont validées les observations ?
 - 
Naturalist : l'appli pour smartphone
  Obsnatu : le b.a.-ba
    - 
Pour les particuliers
    - 
Pour les structures et personnes morales
Les autres sites Visionature
Agenda et Actus
Les partenaires
Obsnatu La Base
Consulter les cartes
Consulter
Aide et statistiques

Observatoire Rapaces
http://files.biolovision.net/franche-comte.lpo.fr/userfiles/observer/ObsRapaces/crecerellePetit.jpg
Faucon crécerelle © Thierry Petit
Qu’est-ce que c’est ?

C’est la suite de l’enquête Rapaces, lancée entre 2000 et 2002, à laquelle près de 1700 observateurs avaient participé en recensant tous les rapaces nicheurs diurnes (24 espèces) présents sur 1 230 cartes. Suite à cet inventaire, il a été proposé de poursuivre cette enquête sur une base annuelle, avec un échantillonnage très restreint. L’observatoire rapaces reprend strictement les mêmes conditions et le même protocole (carrés identiques, indices de nidification identiques, efforts de prospection similaire) que l’enquête rapaces. Autrement dit, le projet consiste précisément en un recensement le plus exhaustif possible des rapaces nicheurs présents sur un carré de 25 km² dans chaque département. Pour chaque couple recensé, il doit être précisé s’il s’agit d’un couple nicheur certain, probable ou possible (déterminé selon les indices de nidification du protocole). Un tirage aléatoire des carrés (ou cartes) est réalisé chaque année par le CNRS de Chizé. Contrairement aux précédentes années où trois carrés étaient tirés aléatoirement par département, ce sont désormais cinq carrés qui sont tirés, offrant ainsi un plus grand choix aux observateurs.

Pour que le projet soit viable et pertinent, au moins un carré doit être recensé par département chaque année. En effet, des simulations réalisées au CNRS de Chizé ont montré que pour les espèces les plus communes, l’estimation nationale de l’abondance est robuste même lorsque l’on ne travaille qu’avec 5 % des carrés centraux. En d’autres termes, avec seulement un carré central sur 20, c’est-à-dire en moyenne seulement un carré par département, il est possible de suivre l’abondance nationale d’une quinzaine d’espèces de rapaces annuellement. Le point crucial est que ces carrés doivent être tirés aléatoirement, pour des raisons de robustesse statistique et donc, de fiabilité des résultats.

Pourquoi un observatoire ?

L’enquête nationale sur les effectifs nicheurs de rapaces est le premier point de comparaison solide pour mesurer les évolutions ultérieures, à condition bien sûr d’être poursuivie avec la même méthodologie. Plutôt que de recommencer une grande enquête exhaustive tous les 10 ou 20 ans, nous avons opté pour un suivi annuel beaucoup plus léger. Les simulations effectuées par le CNRS de Chizé avec le programme informatique utilisé sur les données recueillies au cours de l’enquête ont en effet montré qu’un échantillonnage minimum de 100 carrés, au lieu des quelques 1 500 nécessaires pour une bonne couverture de la France, pouvait suffire pour donner une tendance fiable de l’évolution des effectifs nicheurs des espèces à vaste répartition (surtout buse, bondrée, deux Accipiter, deux milans, faucons hobereau et crécerelle et busard Saint-Martin). Les autres espèces seront moins bien contrôlées par ce type d’échantillonnage mais au moins les plus rares continueront à être suivies aussi précisément que possible dans le cadre des plans de restauration ou autres actions de conservation, comme par le passé. Ce suivi annuel ou Observatoire rapaces doit donc permettre d’accroître et d’affiner les connaissances sur l’état des populations et de dégager les tendances et évolutions des rapaces nicheurs de France. Il a donc pour vocation d’orienter les stratégies de conservation des rapaces. Il s’avère notamment être un outil efficace pour déceler d’éventuels déclins et permettre de réagir rapidement. Il est donc un fabuleux outil de connaissance au service de la conservation des rapaces.

 

Le protocole

Les carrés centraux, base de la stratégie d’échantillonnage

Compte tenu de la diversité des espèces, des habitats et de la topographie, il est irréaliste de proposer une méthode unique pour inventorier les espèces présentes et quantifier leur abondance. Plusieurs techniques sont donc laissées au choix des observateurs :

► échantillonnage systématique de carreaux d’un ou deux kilomètre(s) carré(s) ;

► échantillonnage pseudo-aléatoire ;

► recherche simultanée ;

► recherche systématique des aires en hiver.

Recensement des rapaces sur les carrés centraux

Afin de couvrir l’ensemble du territoire, l’échantillonnage repose sur la couverture nationale de l’IGN et son maillage de cartes au 1/25 000. Autour de chaque centre de carte IGN, un quadrat de 25 km², soit un carré de cinq kilomètres de côté, est défini pour une prospection exhaustive par les observateurs. Cette superficie résulte d’un compromis entre un temps de prospection réaliste et une surface supérieure à la dimension des domaines vitaux de la plupart des espèces. Chaque quadrat représente donc environ 10 % de la superficie d’une carte.

Retrouvez tous les détails de l'enquête sur le site OBSERVATOIRE RAPACES de la LPO; avec notamment les résultats de 2008 & 2009, les différents bulletins d'informations,...

 

Participez en Franche-Comté

Il vous suffit de prendre contact avec le coordinateur régional : Samuel Maas (samuel.maas@lpo.fr)

Une fois que vous aurez obtenu un ou plusieurs carrés rapaces ainsi que le protocole, vous vous verrez affecter un droit spécial qui vous permettra de saisir vos observations sur ce site iinternet. Ces données remonteront alors directement à la coordination nationale, par simple synchronisation des bases de données locale et nationale.

Sans participation au protocole, la saisie des données "carrés rapaces" est invisible et inaccessible. Merci de votre compréhension.

Plus de carrés seront suivis, plus notre connaissance des rapaces sera fine, plus nous seront pertinents dans leur préservation.


LPO Franche-Comté - franche-comte@lpo.fr - 03 81 50 43 10 - Maison de l'Environnement de Franche-Comté - 7 rue Voirin - 25000 Besançon Plan d’accès
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017